Emmanuel GUÉ (l’analyse de) : SERVICE OBLIGATOIRE & FORMATION : De la confusion des genres, volontaire ou pas ?

Emmanuel GUÉ (l'analyse de) : SERVICE OBLIGATOIRE & FORMATION : De la confusion des genres, volontaire ou pas ?

vendredi 16 Fevrier 2018 – pacainfoeco.com – Ce dernier mercredi 14 février matin, peu avant le journal de 8h00, une chaîne de radio nationale diffusait une interview de M. Pierre Servent, journaliste spécialiste des questions de défense, au sujet du service obligatoire.

Emmanuel GUÉ (l’analyse de) : SERVICE OBLIGATOIRE & FORMATION : De la confusion des genres, volontaire ou pas ?

Parmi les nombreux points abordés, celui du coût. M. Servent annonçait que, comme le coût envisagé initialement pour un service d’un mois était de l’ordre de 3 milliards d’euros par an, il fallait tabler sur 6 à 9 milliards pour un service de 3 mois. Et de rajouter que ce n’était pas énorme,  comparé aux 34 milliards d’euros consacrés à la formation professionnelle, un budget de l’ordre de celui de la Défense, alors que la vocation était sensiblement la même.

Que l’homme de la rue fasse ce genre de confusion, c’est compréhensible. De la part d’un journaliste, je trouve cela inexcusable, voire répréhensible : depuis de nombreuses années, tout est fait dans les médias pour nous expliquer que le budget de la formation est mal utilisé, que c’est une gabegie, etc.

Et pas un ne fait mine de comprendre qu’il entretienne ainsi une grave confusion : le budget de la formation professionnelle n’est pas, en France, un budget public mais ce sont des fonds à caractère privé. Certes, la cotisation des entreprises est déterminée par une loi, mais ce sont les employeurs qui versent cette somme, normalement1 au profit de leurs salariés.

On est en droit de penser que les employeurs, pourvoyeurs de ces fameux 34 milliards, pourraient légitimement utiliser cette somme au profit de leur entreprise, ou de l’Entreprise au sens général. Non content de cela, les journalistes, tout comme nos hommes politiques, s’acharnent à entretenir la confusion qui fait passer cet argent pour de l’argent public et renvoie donc les employeurs au rôle de mauvais gestionnaires du bien de tous. Et les organismes de formations pour des charognard exploitant de l’argent public, à l’instar de tant d’associations aux buts obscurs.

Quel journaliste « national » osera un jour proclamer urbi et orbi que l’on trompe les français depuis des années avec cette somme source de nombreux fantasmes ?

N’en déplaise à M. Servent, je trouve personnellement qu’il serait illogique qu’une partie, aussi infime soit-elle, de cette somme contribue à la mise en œuvre d’un service national qui n’est en rien une responsabilité des employeurs.

1 « Normalement », dis-je, car le système est déjà vicié au départ, qui contraint les employeurs à destiner de 0,15 à 0,20% de leurs versement à un FPSPP (Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels) dont le but essentiel est de financer la formation des chômeurs. On pourrait tout de même penser que cette responsabilité revient à l’Etat et non aux entreprises déjà couvertes de charges. Cela représente au bas mot au moins 5 milliards d’euros par an…

2  – Pierre Servent, né le 10 février 1954 à Montpellier, est un journaliste et auteur français, expert en stratégie militaire, par ailleurs colonel de réserve opérationnelle. Officier de réserve spécialiste d’état-major (ORSEM), il a aujourd’hui le grade de colonel (réserve opérationnelle). Il a servi comme officier en Opérations extérieures (OPEX) : Balkans, Afghanistan et Afrique. Spécialiste reconnu des questions de Défense et de Stratégie, il est depuis quelques années le consultant attitré des chaînes France 2 et de BFMTV. Il intervient également aux côtés de Marie Drucker puis Julian Bugier dans les éditions spéciales de France 2 consacrées à la mémoire et à l’actualité militaire française. Depuis 2003, il est l’un des invités réguliers de l’émission C dans l’air d’Yves Calvi et Jérôme Bellay. Il participe également à l’émission de Fabrice Lundy (BFM radio), Good morning week-end. Par ailleurs, il est également consulté par de nombreux autres médias français et étrangers lors des pics d’actualité dans le domaine de la Défense ou des grandes crises internationales[réf. nécessaire]. Pierre Servent a également été au début des années 2000 Directeur de la communication de la Caisse Nationale des Caisses d’Épargne.

(Nota : Monsieur Servent peut réagir dans nos colonnes, nous publierons à 100 % ses textes s’il le souhaite).

Emmanuel GUÉ, pdg d’adelson conseil formation

Emmanuel GUÉ 

adelson conseil formation

copyright pacainfoeco 2018