Festivals en Provence : Le Nice Jazz Festival célèbre ses 70 ans du 17 au 21 Juillet avec éclectisme entre Orelsan et Randy Weston

Festivals en Provence : Le Nice Jazz Festival célèbre ses 70 ans du 17 au 21 Juillet avec éclectisme entre Orelsan et Randy Weston

Lundi 9 juillet 2019 – pacainfoeco.com – Le Nice Jazz Festival célèbrera ses 70 ans du 17 au 21 Juillet au cœur du centre ville de Nice, place Masséna et au théâtre de verdure avec une programmation éclectique allant du jeune artiste français Orelsanau célébrissime jazzman Randy Weston

Festivals en Provence : Le Nice Jazz Festival célèbre ses 70 ans du 17 au 21 Juillet avec éclectisme entre Orelsan et Randy Weston

Parmi les plus célèbres artistes invités à se produire dans un programme éclectique, la ville de Nice vous propose dans son Nice Jazz Festival 2018, entre autres, Gregory PORTER  et son  Tribute to Nat King Cole avec l’Orchestre Philharmonique de L’Opéra Nice Côte d’Azur, la nouvelle diva KIMBEROSE, le groupe R+R=NOW, le guitariste Jack Johnson,  le groupe The Amazing Keystone Big Band pour tous les nombreux amateurs de Big Bands, Seun Kuti & Egypt 80’, l’iconique ORELSAN, Gary Clark Jrle chanteur Bilal considéré comme l’un des chefs de file de la Nu Soul new-yorkaise, Rhoda Scott et son Lady Quartet, Soulwax, l‘electro-jazz-rap belge et le pianiste de légende témoin historique de l’histoire du jazz et de ses origines afro-américaines : Randy Weston et son African Rhythms Quintet … et tant d’autres encore ;

Michel HUGUES – pacainfoeco.com

Petite et très grande histoire du Jazz mondial en Provence : 

Lionel HAMPTON et Arnet COBB aux arènes de Cimiez lors des années-splendeurs de la JVC Grand Parade du jazz à Nice… un vrai festival mondial de jazz en Provence !

Ce festival, qui parfois a connu des problèmes de confusion d’avec le festival d’Antibes a connu son apogée lors de la période de la « Jvc Grande Parade du Jazz » sur les 3 scènes des arènes de Cimiez (années 70/80/ débuts 90) après une période de quelques turbulences. Il a pu renaitre partir de 2011, sous l’impulsion de Christian Estrosi, la ville de Nice devint la première ville de France à reprendre en régie et à produire un festival d’une telle envergure en prenant place en cœur de Ville et en intégrant au jazz ses « musiques cousines » dans sa programmation.

Le Nice Jazz Festival, qui se tiendra du 17 au 21 juillet 2018, célèbre cette année son 70ème anniversaire, dont la première édition s’est déroulée à l’Opéra de Nice du 22 au 28 février 1948. En 1948, Louis Armstrong est la star incontestée de ce premier festival de Jazz. Les artistes investissent l’Opéra et le Casino municipal sur la place Masséna, où l’on danse au son des meilleurs orchestres du monde sous la grande verrière Belle Epoque. Jazzman de la première heure, Boris Vian assiste à chaque concert et les commente pour la revue « Jazz Hot ». Une somptueuse « Nuit de Nice » au Negresco clôture cette manifestation mémorable. Stéphane Grappelli, Django Reinhardt, mais aussi Yves Montand et Suzy Delair participent à ce final présenté comme « le plus grand gala de tous les temps ».

En 70 ans, Nice a été la terre de grands jazzmen parmi des légendes disparues (Aimé Barelli, Barney Willen, Bob Rover…), des vedettes internationales (Richard Galliano, André Céccarelli, Didier Lockwood…), et de nouvelles générations (Pierre Bertrand, Vincent Peirani, Camille Bertault…). Le Théâtre de Verdure et le jardin Albert 1er ont été les témoins du passage de ces géants du Jazz, parmi lesquels Herbie Hancock, qui s’y est produit de nombreuses fois et a été le parrain de l’édition 2017.

A partir de 1974, le festival du Jazz de Nice a investi le jardin des Arènes de Cimiez, en présence chaque soir de dizaines d’orchestres et de centaines de musiciens, au milieu des oliviers et des ruines romaines. Dès 1994, le festival du Jazz de Nice, appelé la Grande Parade du jazz, devient le Nice Jazz Festival. Il bouscule les traditions en s’ouvrant à des courants musicaux diversifiés. La manifestation est alors organisée par des productions privées qui se succèdent avec Michel Leeb aux manettes artistiques…

Tous les rendez-vous 2018 des plus grands artistes :

Lundi 16 Juillet :

  • KIMBEROSEplace masséna – 20h00 – Avec une voix et une présence exceptionnelles, Kimberly est en passe de devenir la nouvelle diva de la musique soul ! Pourtant, il y a deux ans, la jeune femme était infirmière et n’avait jamais pris un seul cours de chant de sa vie. Ce qu’elle lâche dans son premier album, elle le garde depuis toujours en elle, comme un trésor qu’elle n’osait pas partager. La libération de son talent est aussi explosive qu’inattendue ! Une vraie bombe musicale.
  • Aloe BLACC place masséna – 21H15 –  Vous connaissez tous le célèbre morceau « Wake Me Up » qu’Aloe Blacc interprète avec le groove et la classe des grands chanteurs de soul ! Originaire de Californie, il a chanté pendant dix ans dans le groupe de rap Emanon avant d’exploser grâce au tube « I Need A Dollar » en 2010. Depuis, il a participé à l’album « Dusty Rainbow from the Dark » de Wax Tailor, sorti la version soul du tube « Walking on the Moon » du groupe The Police ou encore collaboré avec le Dj récemment disparu Avicii sur les morceaux « Wake Me Up ! » et « Black and Blue ». Une voix soul sculptée par dix années de rap au charme dévastateur !
  • Gregory Porter

    Gregory PORTER  – place masséna – 23h00 – Tribute to Nat King Cole Avec l’Orchestre Philharmonique de L’Opéra Nice Côte d’Azur. Gregory Porter, l’un des chanteurs les plus charismatiques du jazz actuel, pour parrainer cette 70ème édition du Nice Jazz Festival ? En plus d’une prestance magique, il cumule la clarté des plus grandes voix du jazz avec la puissance du gospel, comme en témoigne cette année son nouvel album « Nat King Cole & Me », un hommage personnel au légendaire crooner.

Mardi 17 Juillet :

  • Derobert & The Half-Truthsplace massena : 20h00 – Dans la banlieue de Memphis aux Etats-Unis, le jeune DeRobert commence à chanter à l’église. Un élément biographique qui explique la puissance de ses interprétations et la manière particulière dont raisonne chacun de ses mots. C’est à Nashville que le chanteur rencontre ses amis, les Half-Truths, avec qui il sort sept singles et EP, puis deux albums. Leur musique, c’est le cri du peuple ouvrier américain, ses peines, ses difficultés, mais aussi ses espoirs et sa beauté. De la soul dansante, ponctuée d’éléments funk, portée par une voix exceptionnelle !
  • R+R=NOWplace Massena : 21h15 –  ce groupe réunit les six plus grands noms de la nouvelle génération du jazz ! Mené par l’excellent pianiste Robert Glasper, tous participent aux projets musicaux les plus audacieux du moment et collaborent avec les meilleurs : Quincy Jones, Kendrick Lamar, Kanye West ou encore Mos Def… Avec le trompettiste Christian Scott, ils mélangent le jazz  à la soul, au R&B et au hip-hop ! L’illustration parfaite d’une fameuse formule de Nina Simone selon laquelle l’artiste doit « refléter son époque ».
  • Jack Johnson place massena : 23h00 – le guitariste et chanteur Jack Johnson a conquis le monde en 2001, grâce à la sérénité de sa voix, l’esprit « Aloah » de ses textes et un style musical entre folk et rock. Il a sorti en 2017 son 7ème album « All The Light Above it Too », classé 4ème au « Top 200 Albums » par Billboard. A travers sa musique, c’est aussi un mode de vie que défend le surfer. Chef de file d’une écologisation musicale lors de ses tournées, il a fondé avec son épouse Kim la « Fondation Kokua Hawaii » pour soutenir l’éducation environnementale à Hawaï, ainsi que la « Fondation Johnson Ohana » pour soutenir l’éducation environnementale, artistique et musicale dans le monde entier.
  • The Amazing Keystone Big Band

    The Amazing Keystone Big Band –  théatre de verdure Masséna : 18h00 – Depuis leur création en 2010, les 17 musiciens de ce joyeux Big Band enchaînent les succès. Il y a d’abord l’adaptation de « Pierre et le Loup… et le jazz ! » de Serge Prokofiev puis « le Carnaval Jazz des Animaux » de Camille Saint-Saëns. A travers ces contes merveilleux, ils sensibilisent les jeunes et les plus grands aux charmes multiples du jazz. Cette année, ils  poursuivent leur aventure avec un nouveau spectacle : « Monsieur Django & Lady Swing », l’histoire d’un des meilleurs guitaristes de jazz qui était à l’affiche du premier festival de jazz au monde en 1948 à l’Opéra de Nice.

  • Pierre Bertrand « Caja Negra » –  théatre de verdure Masséna : 19h30 – Co-fondateur du Paris Jazz Big Band et directeur du Nice Jazz Orchestra, le saxophoniste et compositeur Pierre Bertrand a travaillé avec Claude Nougaro, Charles Aznavour, ou encore André Ceccarelli ! « Caja Negra », c’est à la fois le nom de son premier album et celui de son groupe, une déambulation musicale entre jazz et flamenco aux alentours de la Méditerranée, de l’Afrique et de l’Amérique latine ! Il vient de recevoir pour « JOY », son second opus, la « Victoire du Jazz » dans la catégorie « album inclassable de l’année »

Mercredi 18 juillet :

  • Deva Mahal – place masséna : 20H00 – Habitée par l’intensité de la soul, la fille du grand bluesman Taj Mahal chante comme on prêche, avec une force et une présence lumineuse qu’elle puise dans les origines du blues et du gospel. Immergée dans la culture musicale de New York, elle a déjà partagé la scène avec des légendes telles qu’Etta James, Dianne Reeves ou encore Maceo Parker. Elle présentera en live  « Run Deep », son premier album !
  • Seun Kuti & Egypt 80’ –  place masséna : 21H15 – Seun Kuti n’a que 9 ans lorsqu’il monte sur la scène de son père, le légendaire pionnier de l’afrobeat, Fela Kuti, leader d’Egypt 80’. Après la mort prématurée de ce dernier en 1997, le jeune chanteur et saxophoniste prend courageusement la relève ! Fidèle à Fela,  il perpétue au sein d’Egypt 80’ l’esprit de l’afrobeat sur des rythmiques irrésistibles, mélange de funk, de jazz, de soul et de rythmes africains ! Une musique qui bouge sur fond politique, comme en témoigne « Black Times », son nouvel album.
  • Orelsan

    Orelsan – place masséna : 21H15 : L’artiste de l’année, c’est lui ! Pour « La fête est finie »,  le roi des Victoires de la Musique vient de décrocher les prix d’« Artiste masculin de l’année », meilleur « Album de Musique Urbaine » et meilleur « Vidéo-clip » ! La consécration pour ce rappeur aux textes réalistes, sobres et tranchants. Depuis « Perdu d’avance », son premier album (2009), il multiplie les projets, comme la réalisation en 2015 du long métrage « Comment c’est loin » et la même année, sa participation à la série « Bloqués » sur Canal+. Son rap, ce sont des histoires quotidiennes, des repas de famille, des errances existentielles qui auront particulièrement touché les Français cette année.

  • Camille Bertault – Théâtre de Verdure 19:30 – Chanteuse, scatteuse, pianiste et youtubeuse, Camille Bertault est une artiste 2.0 ! Grâce à ses vidéos faites maison, dont un scat virtuose de « Giant Steps » publié en juin 2015, cette diplômée du conservatoire de Nice en piano classique accumule les millions de vues et conquit un large public en un temps record. Citée parmi les 50 français les plus influents du monde par Vanity Fair en 2017, elle présente son deuxième album « Pas de géant » !
  • Laurent de Wilde « New Monk Trio »Théâtre de Verdure 20:45 – Enfant surdoué du jazz, le pianiste Laurent de Wilde joue en Trio depuis 1997 et multiplie les collaborations dans des univers aussi variés que le reggae, le rap ou la musique électronique. Ce normalien est aussi l’auteur de Monk (1995), sa biographie parue chez Gallimard du pianiste Thelonious Monk. Difficile d’imaginer un musicien plus pertinent que Laurent de Wilde pour un album hommage à Monk, sorti en octobre 2017, c’est-à-dire 100 ans, mois pour mois après la naissance du grand pianiste !
  • Joshua Redman Special Guest With Billy Hart QuartetThéâtre de Verdure 22:30 – Depuis le début des années 90, Joshua Redman s’impose à chaque projet comme l’un des saxophonistes les plus importants de la scène jazz contemporaine ! L’auteur de la bande-originale du dernier film de Louis Malle « Vanya, 42e rue » a joué avec Brad Mehldau, Pat Metheny, Marcus Miller, Chick Corea ou encore Stevie Wonder. Il s’associe à une légende vivante de la batterie : Billy Hart, vu aux côtés de Miles Davis & Herbie Hancock !

Jeudi 19 Juillet :

  • Young Fathers – Masséna 20:00 : Ils font l’effet d’une vague, forte et vivifiante.  Les trois rappeurs de « Young Fathers », d’origine écossaise, nigérienne et libérienne, se sont rencontrés à Edimbourg. Trois fortes personnalités et trois parcours aussi hétéroclites que leur musique, entre rap, soul  et électro. Déjà auteurs de deux albums, ils reviennent cette année avec « Cocoa Sugar », des sons doux-amers, des mots qui frappent, politiques et engagés.
  • Gary Clark Jr

    Gary Clark Jr. –  Masséna 21:15 « Il est l’avenir du Blues ! », le compliment vient d’un certain Barack Obama. Voix intense et riffs de guitare saturée, le musicien originaire du Texas puise naturellement ses influences dans le blues, le jazz et la country, qu’il saupoudre de soul et de rock ! Auteur de quatre albums entre 2004 et 2015, il signe cette année la bande originale du film « The Justice League » dans laquelle il revisite le tube des Beatles « Come Together » !

  • Massive Attack Masséna 23:00 :  Issu de la scène underground de Bristol, Massive Attack a révolutionné la musique en mélangeant dub, hip hop et rap : un phénomène curieux, mélancolique et fascinant, dont les ventes dépassent les 11 millions de disques ! Après 5 ans d’absence, Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom), auteurs des mythiques albums « Blue Lines » et « Mezzanine », réapparaissent  en 2016 avec « Ritual Spirit » sur lequel collaborent Roots Manuva et les Young Fathers. Ils fêtent au Nice Jazz Festival leurs 30 ans de carrière !
  • Baptiste Trotignon & Yosvani Terry – Théâtre de Verdure 19:30 – Pianiste incontournable du jazz français, Baptiste Trotignon multiplie les projets en compagnie d’artistes aussi géniaux que Mark Turner, Melody Gardot ou encore Miossec ! Il présente cette année « Ancestral Memories », un projet né de sa rencontre avec le saxophoniste Yosvani Terry. Un voyage sonore à travers les traditions musicales d’Haïti, Cuba, la Martinique, la Guadeloupe et la Réunion, à la recherche de ce qu’il y a de plus originel dans le jazz, sous sa forme la plus contemporaine !
  • Mélanie De Biasio – Théâtre de Verdure 20:45 –  Il y a quatre ans, on découvrait à travers l’album « No Deal » une chanteuse et flûtiste à l’univers hybride et totalement fascinant. Une voix hors du temps, comme en apesanteur et un répertoire cinématographique empruntant autant au jazz qu’à la pop et à la transe. On tombe de nouveau sous le charme unique de « Lilies », un projet toujours aussi envoutant.

Vendredi 20 Juillet :

  • Bilal

    Bilal – Masséna 20:00 – Complice de Kendrick Lamar sur l’album « To Pimp a Butterfly » et proche de Robert Glasper, le chanteur Bilal est considéré comme l’un des chefs de file de la Nu Soul new-yorkaise ! S’il côtoie le milieu du rap et du rock, le jazz occupe depuis toujours une place privilégiée dans la vie du chanteur et compositeur, d’abord dans la petite église locale de son quartier de Philadelphie, puis à l’école des arts de la scène. A l’origine d’une musique qu’il décrit comme un mélange jazz-fusion, rock et funk, il fait preuve d’une rare liberté musicale, que l’on retrouve sur chacun de ses sept albums.

  • General Elektriks – Masséna 21:15 – Né dans l’esprit d’Hervé Salters, passionné de synthés vintage et de claviers en tous genres, General Elektriks est un groupe culte d’électro pop française.  Après « Cliquety Kliqk », leur premier album, ils font danser toute l’Europe avec « Good City For Dreamers » en 2009 ! Le cocktail est un savant mélange de funk, de soul et de jazz que l’on retrouve, toujours aussi efficace, sur leur dernier album « Carry No Ghosts ».
  • Parov Stelar – Masséna 23:00 – Parrain de l’électro swing, Parov Stelar, mélange mieux que quiconque le jazz old school des années 30 & 40 aux rythmes house et hip hop. Accompagné par 5 musiciens dont deux cuivres, le Dj autrichien redonne vie aux trésors oubliés de l’âge d’or du swing. Auteur d’une dizaine d’albums dans ce style, il présente « Stelartronic » ou la promesse tenue de danser toute la nuit !
  • Jef Roques Quartet – Théâtre de Verdure 19:00 – Il est le grand gagnant du Tremplin du Nice Jazz Festival 2017. Le guitariste et son quartet ont conquis le jury de la capitale azuréenne grâce au charme simple d’un jazz maîtrisé, aux accents Be-bop et Hard Bop inspirés. Son répertoire, composé de standards et de compositions originales dans lesquelles flottent des effluves du Delta Blues devrait aussi conquérir le cœur du public !
  • Tom Ibarra – Théâtre de Verdure 19:30 – Il n’a pas 20 ans, mais le jeune guitariste a déjà partagé la scène avec Didier Lockwood ou Marcus Miller et remporte cette année le prix « LetterOne ‘RISING STARS’ Jazz Award » ! Après un premier album autoproduit via une plateforme de crowdfunding en 2015, il renouvèle cette année l’expérience du financement participatif avec « Sparkling », un album qui explose à la manière d’une bouteille de champagne, grâce à sa pulsation jazz-funk et son véritable sens du groove !
  • Rhoda Scott Lady Quartet  Théâtre de Verdure 20:45 : Surnommée The barefoot Lady,  Rhoda Scott fête 40 ans d’une carrière aussi brillante que romanesque ! Repérée par Count Basie à Harlem, cette organiste entrelace mieux que quiconque jazz, blues et gospel. A Paris comme à New York, on a pu applaudir la  musicienne aux côtés de Ray Charles, George Benson ou Ella Fitzgerald ! L’aventure continue avec son « Lady Quartet », une formation 100% féminine et française, qui a sorti en 2017 « We Free Queens ».
  • Avishai Cohen Big Vicious – Théâtre de Verdure 22:30 – Depuis la sortie de son album « Into The Silence » sur le label ECM en 2016, le trompettiste israélien installé à New York est considéré comme l’un des meilleurs musiciens de la scène jazz contemporaine. Au Nice Jazz Festival, il présente son projet « Big Vicious », né à New York, entre groove, rock et psychédélisme. Excellent leader, il convoque pour ce projet deux batteurs et deux guitaristes, laissant place à une nouvelle dynamique sonore.

Samedi 21 Juillet :

  • Nathaniel Rateliff & The Night Sweats – Masséna 20:00 – A l’origine d’un style unique, celui que le New York Times surnomme le « héros folk-pop de Denver » fait se rencontrer deux univers : la soul et la country ! Une recette qu’il a d’abord rodé avec son premier groupe « Nathaniel Rateliff & the Wheel » avant de prendre le large en solo dans un univers plus mélancolique, comme en témoigne l’album «In Memory of Loss ». En 2015, le chanteur explose grâce à l’album « Nathaniel Rateliff & The Night Sweats » paru sur le légendaire label Stax ! Première partie de Bon Iver, invité du Jimmy Fallon Show, le cowboy de Denver va vous faire danser !
  • Rag’n’Bone Man – Masséna 21:15 – Sacré « Meilleur Artiste Emergent » aux Brit Awards 2017, le chanteur britannique Rag’n’Bone s’est fait connaître grâce à son morceau « Human », en tête des ventes dans pas moins de quatre pays. « Human », c’est aussi le nom de l’album qui suivra en 2017, faisant connaître un personnage intense et une voix chaude, entre soul, blues et hip hop.
  • Soulwax – Masséna 23:00 –  Lorsqu’un morceau passe entre les mains du groupe belge Soulwax, il en ressort métamorphosé, électrisé et ultra-rythmé ! Que ce soit « Joe le taxi » de Vanessa Paradis ou « The Bay » de Metronomy, tout ce que touchent les frères Dewaele et leurs acolytes se transforment en tube de dancefloor. Également connus sous le nom de 2 Many Dj’s, leur musique s’est dabord orientée vers un style plutôt rock-pop. En 2005, après le remix complet de leur propre album Any Minute Now sous le nom de Nite Versions, ils se consacrent au remix électronique, comptant parmi leurs nombreux succès, la spectaculaire bande originale du film « Belgica » de Felix Van Groeningen.
  • Eric Legnini – Tribute to Les McCann FEAT. ALI JACKSON – Théâtre de Verdure 19:30 – La crème du jazz actuel rend hommage au pianiste Les McCann, pionnier du soul jazz dans les années 60, un genre qu’il a incarné merveilleusement dans les clubs de la Côte Ouest et sur le label Pacific Records. Il continue d’influencer les meilleurs pianistes comme Eric Legnini, qui explore pour nous son répertoire accompagné par son Quintet All Stars !
  • Trio Rosenberg feat. Mathias Levy & Evan Christopher – Théâtre de Verdure 20:45 – Les trois cousins forment l’un des plus célèbres trios de jazz manouche au monde ! Dès la sortie de leur premier opus « Seresta » en 1989, Stéphane Grappelli vient lui-même assister à l’un de leurs concerts. Bouleversé, le violoniste leur propose de partir en tournée avec lui autour du monde. Présentés par l’un des plus grands violonistes de l’histoire du jazz, les cousins Rosenberg ont depuis enregistré pas moins de quinze albums et reçoivent les félicitations des plus grands guitaristes, d’Eric Clapton à Paco de Lucia. Leur musique dépasse aujourd’hui largement le cadre de la communauté manouche et perpétue avec beaucoup de grâce le style de Django.
  • Randy Weston’s African Rhythms Quintet

    Randy Weston’s African Rhythms Quintet – Théâtre de Verdure 22:30 – Né en 1926 à Brooklyn, ce pianiste de légende est un témoin historique de l’histoire du jazz et de ses origines afro-américaines. Erudit, il explore dans sa musique avec une belle sensibilité l’histoire des civilisations africaines, à la recherche de ses racines, tout en jouant avec les meilleurs, de Dizzy Gillespie à Pharoah Sanders, pour ne citer qu’eux. Auteur d’une cinquantaine de disque, le pianiste vient de fêter ses 90 ans et ne perd pour autant pas une miette de générosité. Accompagné par Billy Harper, saxophoniste de 20 ans son cadet qui a participé à tous ses plus grands succès, ils continuent de raconter en musique leur histoire.

site internet : http://www.nicejazzfestival.fr/fr/

Copyright pacainfoeco 2018