Les actionnaires de la CNP déjà très actifs, le parlement français déjà dans les starting-blocks  :

Annoncée aux actionnaires mercredi soir, la démission – officiellement « pour raisons personnelles » – de son directeur général, Frédéric Lavenir, annonce en réalité des plus vastes modifications que la seule CNP mais en réalité de l’ensemble du groupe La Poste, du moins de la banque postale. Déjà entamées depuis l’installation de la nouvelle gouvernance Macron, mais suspendues ces derniers mois, pour ne pas »gêner » l’important volet de la réforme ferroviaire, les négociations entre La Poste et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) se sont intensifiées ces dernières semaines et sont appelées à connaitre de grands bouleversements d’ici la rentrée prochaine.

L’avenir de la CNP est donc en négociation, « échanges » qui devraient s’amplifier très vite. D’autant que le groupe BPCE (banques populaires + caisse d’épargne) se montre de plus en plus intéressé par le vaste réseau de La Poste l’un des grands réseaux de distribution de l’assureur en France et son actionnaire à hauteur de 18 %, le groupe BPCE.

Selon les informations de nos confrères Les Échos = « la commission de surveillance de la Caisse des dépôts, son organe de vigie parlementaire, est convoquée la semaine prochaine pour un « séminaire d’information » sur le sujet. Autrement dit, l’exécutif gouvernemental serait prêt à amener la question de l’évolution du capital de La Poste devant les élus du Parlement très prochainement.

former un bancassureur parapublic :

Ces tractations déjà bien connues de la place parisienne vise à former un bancassureur parapublic par un rapprochement de CNP Assurances avec la filiale de La Poste rapprochement où la CNP Assurances deviendrait une intégration àLa Banque Postale. Et la CDC monterait en contrepartie au capital de La Poste, dont elle détient déjà 26,32 %.

Toujours selon les informations du quotidien LES ÉCHOS = « la commission de surveillance de la Caisse des dépôts, son organe de vigie parlementaire, est convoquée la semaine prochaine pour un « séminaire d’information » sur le sujet. Autrement dit, l’exécutif est prêt à amener la question de l’évolution du capital de La Poste devant les élus du Parlement. »

L’avenir de La Poste est capital aussi bien pour le public que pour les élus et, au sein de la commission de surveillance de la CDC, la gouvernance politique souhaite ardemment que ce rapprochement bancaire  « fasse du sens du point de vue du service public ».

L’attitude de la BPCE va donc être seule déterminante pour le sort de ce rapprochement voulu par le nouveau gouvernement, car pour la BPCE la CNP assurances n’est plus classée parmi ses points stratégiques mais le grand réseau de La Poste ne peut la laisser dans l’indifférence

Cette nouvelle réforme bancaire pubic-privé sera importante pour la suite des résultats enregistrés, ou non, de façon indirecte par le président Macron .

MH – pacainfoeco.com 

SOURCES : la rédaction avec agences et Les Echos

copyright pacainfoeco 2018